Syndrome du choc toxique (SCT) : la coupe menstruelle est-elle dangereuse ?

En juillet 2017, la coupe menstruelle a fait le tour des médias, suite à la publication d’une étude du Centre National de Référence des Staphylocoques. Comme le tampon hygiénique quelques mois plus-tôt, la cup a été accusée de favoriser le syndrome du choc toxique. Qu’est-ce que le SCT ? La coupe menstruelle est-elle réellement dangereuse ? Quelles sont en détail les conclusions de l’étude du CNR ?

Dans cet article, nous vous proposons de revenir sur l’étude qui a déclenché la polémique et de faire le point sur les risques et dangers dont est accusée la coupe menstruelle.

Syndrome du choc toxique : qu’est-ce que c’est ?

Au cœur de la polémique sur les dangers de la coupe menstruelle se trouve le Syndrome du Choc Toxique, une maladie aiguë et infectieuse qui est causée par la libération d’une toxine dans le sang, la TSST-1 par un type de bactérie : le staphylocoque doré. A noter que cette bactérie est portée par plus de 3 personnes sur 10. Ce n’est donc pas elle mais les toxines qu’elle libère qui la rendent dangereuse. Le syndrome du choc toxique touche principalement des adultes mais reste une maladie rare.

Symptômes du SCT

Le syndrome du choc toxique est un choc septique. La toxine TSST-1 entraine une infection des tissus touchés et peut circuler rapidement dans le corps, impactant différents organes. Evoluant rapidement, la maladie doit être prise en charge rapidement. Les symptômes sont variés.

En amont de la maladie, les symptômes s’apparentent à ceux d’une grippe (fièvre, diarrhée, vomissement) ainsi que d’autres signes tels qu’une déshydratation ou une hypotension.

Si le SCT n’est pas traité suffisamment tôt, il peut entrainer de graves complications qui restent cependant rares allant jusqu’au décès du patient.

Causes du syndrome du choc toxique

Le SCT ne touche pas spécifiquement les femmes utilisatrices de tampons ou de coupes mais peut malheureusement atteindre n’importe qui. Le staphylocoque pénétre dans le corps par une « ouverture » telle qu’une coupure, la voie buccale ou nasale ou par le vagin. Entre 30 et 50% de la population sont porteurs de la bactérie. Le SCT peut se produire en cas d’infection à cette bactérie. Le syndrome du choc toxique peut donc malheureusement toucher n’importe qui.

Quelques facteurs peuvent cependant augmenter les risques avec parmi-eux :

  • Si l’on est touché par certaines maladies (Diabète, cancer, insuffisance rénale chronique, Sida…)
  • Les personnes ayant déjà été victime d’un syndrome du choc toxique par le passé
  • En cas de d’inflammation ou d’irritation au niveau du vagin
  • En cas d’utilisation prolongée de tampon hygiénique ultr-absorbant
  • Les plaies et coupures peuvent être sources de l’infection

Le SCT et les règles

Le syndrome du choc toxique reste extrêmement rare (une vingtaine de cas en France par an) et peut concerner n’importe qui. Le SCT étant favorisé par les coupes et les ouvertures du corps sur l’extérieur, les règles, marqués par l’écoulement du sang menstruelles sont donc des périodes particulièrement sensibles. Mais si le risque augmente durant les jours de règles, le SCT n’est pas causé par les protections périodiques.

La coupe menstruelle ne cause pas le syndrome du choc toxique

La coupe menstruelle n’est donc pas la cause du choc toxique. Nos cups sont constituées de matériaux de qualité médicale. La cup MeLuna est conçue en TPE médical et est certifiée par la FDA, sans Latex, Phtalate, Alkylphénol ou Bisphénol A.

Pourtant, en juillet dernier, de nombreux articles ont annoncé que la coupe menstruelle augmentait les risques de contracter un syndrome du choc toxique en relayant un communiqué de presse du Centre National de Référence des Staphylocoques.

Une étude sur le risque de SCT et les protections périodiques

Avant de porter un jugement sur cette étude, nous avons consulté le fabricant des MeLuna, des journalistes spécialisés dans le domaine de la santé et certains de nos confrères. Aucun cas de SCT n’a jamais été constaté avec l’utilisation d’une cup Meluna.

L’étude du CNR portait sur les tampons hygiéniques. L’équipe du CHU de Lyon avait alors procédé à une collecte de tampons usagés pour les analyser et mieux comprendre les facteurs d’apparition du SCT. La principale conclusion de l’étude est que le tampon n’est pas en cause mais qu’une mauvaise utilisation de celui-ci peut favoriser légèrement le risque de syndrome de choc toxique. L’étude recommande ainsi de ne pas utiliser de protection intravaginale pendant plus de 6h d’affilée et de les retirer la nuit.

La coupe menstruelle est-elle réellement « plus dangereuse que les tampons » ?

Mais un élément de l’étude a entrainé une polémique reprise dans de nombreux articles. La coupe menstruelle, présentée jusqu’ici comme sans risque, serait « plus dangereuse que les tampons ». Qu’en est-il réellement ?

En effet, un graphique difficile d’interprétation laissait croire – à tort – que la coupe menstruelle entrainait un danger plus important. Celui-ci a été rapidement repris dans la presse, ce qui a conduit le médecin responsable de l’étude à réagir en revenant sur les conclusions de l’étude et en modifiant le rapport.

Tout d’abord, l’étude de risque ne porte pas sur la coupe menstruelle mais sur le tampon. Les informations sur la cup publiées dans l’étude proviennent d’une autre étude au protocole totalement différents.

Le Dr Lina, responsable de l’enquête a dont apporté des précisions sur ses conclusions en faisant une mise au point. Ainsi, le Dr s’est confié à plusieurs journaux et parle d’une « mauvaise interprétation » de l’étude qui précise qu’ »aucun dispositif ne stimule la production de la toxine qui déclenche le choc toxique ».

Le rapport ajoute : « La lecture du graphique était délicate et a pu induire en erreur. Les résultats avec les tampons et les coupes menstruelles présentées dans le graphique correspondent à des expériences effectuées en laboratoire ».

Enfin, le résumé de l’enquête ajoute : « Les pourcentages attribués aux coupes et tampons bio ne sont pas représentatifs d’un danger à les porter »

Le Docteur Lina ajoutera à des journalistes « la coupe menstruelle peut donc être utilisée sans crainte »

Existe-t-il une étude sur les risques de la coupe menstruelle et le SCT ?

Si l’enquête en question ne porte pas directement sur une étude des dangers liées à la coupe menstruelle, à notre connaissance, une seule étude a été menée impliquant des cups, en 1994.

La méthodologie employée était de placer des Staphylocoques dorés sur différentes protections périodiques et d’observer leur production de toxine TSST-1.

Pour la cup (la marque Tassaway a été utilisée), la conclusion était sans appel :
« Les Coupes Menstruelles Tassaway sont fabriquées en polymère non absorbant. Le Staphylocoque doré n’a pas produit de TSST-1 lors de sa culture sur une Tassaway. […] Il n’est pas surprenant qu’aucune toxine n’ait été trouvée avec les coupes menstruelles Tassaway. Elles sont fabriquées en polymère, un matériau non-absorbant apparemment inerte. De plus, elles ne permettent pas au Staphylocoque doré d’adhérer à leur surface »

Aujourd’hui donc ces conclusions sont donc remises en cause par les 2 seuls cas de STC impliquant une cup.
Reste donc à comprendre ce qui s’est passé. Cela prendra sûrement du temps, car la publication du cas Canadien n’est que descriptive et n’apporte pas d’explication.

Comment utiliser une coupe menstruelle sans risques ?

Le Syndrome du choc toxique est une maladie extrêmement rare qui n’est pas causée par les protections périodiques. La science ne rend compte d’aucun danger particulier à l’utilisation de coupes menstruelles mais en tant qu’objet intravaginale, il convient tout de même de respecter quelques règles d’hygiène.

  • A chaque utilisation de votre coupe menstruelle MeLuna, nous vous invitons à vous laver soigneusement les mains avec du savon avant et après manipulation.
  • Rincez à eau froide puis à eau chaude la cup. Vous pouvez également la nettoyer avec un savon intime de pH 3,5.
  • Nous recommandons de retirer et de vider la cup toutes les 4 à 6h lors des règles.

Pour plus d’information, n’hésitez pas à consulter notre page de mode d’emploi de la coupe menstruelle MeLuna.

Vous pouvez aussi consulter notre page de témoignages où des utilisatrices de la MeLuna donnent leur avis sur la coupe menstruelle.

DiscussionUn commentaire.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

e0a2aa917a8d687b272f2b8816ced670FFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFF